306_picto_v4Group 4 CopyPage 1Fill 1306_picto_v4Path 2crosslogo306_picto_v4double-arrowGroupFill 5306_picto_v4306_picto_v4Group 2 Copy 3iGroup 26Page 1Page 1Page 1 Copy 2ShapepersonPage 1 CopyCombined ShapeGroup 4ShapeTriangle 1StarStarTriangleTriangleFill 3

#04 Émile-José Fettweis

12/10—20/12/2019 / lun-ven : 10h-16h30, sam : 10h-13h / fermeture : 31/10—02/11, 11/11
Université de Liège, Musée Wittert, Place du 20-Août, 7, 4000 Liège
Entrée libre

En quelques mots…

Né à Verviers en 1927, diplômé de l’Institut Saint-Luc en 1952 puis stagiaire chez Robert Schuiten, Émile-José Fettweis apparaît comme l’une des grandes figures du Mouvement moderne belge de l’immédiat après-guerre, à l’instar de Roger Bastin, Jacques Dupuis ou Albert Bontridder. Dès le début de sa carrière, Fettweis fait l’objet d’une critique enthousiaste. En 1956, à une époque où le Prix Van de Ven sélectionne des candidats comme Renaat Braem, Jacques Wybauw ou Lucien-Jacques Baucher et Jean-Pierre Blondel, le travail de Fettweis est couronné avec la maison Gilissen à Heusy. Deux ans plus tôt, c’était son ami Henri Stenne qui avait obtenu le prix avec une habitation à Polleur, non loin de Verviers. Les deux hommes collaboreront d’ailleurs jusqu’en 1964 au sein du « Groupe A ».

Dès le début de sa carrière, Fettweis adopte une écriture personnelle se distinguant par une affirmation très nette des matériaux, une implacable rigueur géométrique et une évidente logique spatiale. Passant du Modernisme au Brutalisme, son écriture se caractérise également par une attention poussée au contexte environnemental. En tant qu’urbaniste, la rénovation du village de Limbourg est unanimement reconnue par la critique. L’œuvre de Fettweis se distingue également par de nombreuses collaborations avec des plasticiens en particulier avec André Blank et Noël Randaxhe.

Émile-José Fettweis connaît également une longue carrière d’enseignant au sein de l’Institut supérieur d’Architecture Saint-Luc où il professe de 1969 à 1996.

Expo

Présentée dans le cadre intimiste du Musée Wittert, au cœur de l’Université de Liège, l’exposition présente une sélection inédite de documents d’archives illustrant une carrière exceptionnelle de près de 40 ans. L’exposition entend également ouvrir le champ en abordant les rapports entre architectes et plasticiens. Les liens unissant Fettweis à Noël Randaxhe seront notamment évoqués dans une nouvelle scénographie confiée à Nicolas Wolkenar.

Film

Un ami d’Émile-José Fettweis, de retour à Verviers, lui raconte ce qu’il voit en découvrant sa ville aujourd’hui. Il s’étonne de l’état général des lieux, de la désertion du centre et de la façon dont les anciens bâtiments sont traités. La question de l’héritage moderniste est notamment abordée à travers l’œuvre de Fettweis. Le film d’une vingtaine de minutes, réalisé par Christopher Bouts et Sylvain Lange, prend le prétexte de l’œuvre de Fettweis pour interroger Verviers et son patrimoine. De la galerie Voos au centre-ville, le regard porté par les jeunes vidéastes est brûlant d’actualités.