306_picto_v4Group 4 CopyPage 1Fill 1306_picto_v4Path 2crosslogo306_picto_v4double-arrowGroupFill 5306_picto_v4306_picto_v4Group 2 Copy 3iGroup 26Page 1Page 1Page 1 Copy 2ShapepersonPage 1 CopyCombined ShapeGroup 4ShapeTriangle 1StarStarTriangleTriangleFill 3

#06 Jacques Gillet

8/10—23/12/2022 / lun-ven : 10h-16h, sam : 10h-13h / fermeture : 31/10, 1/11, 11/11
Université de Liège, Musée Wittert, Place du 20-Août, 7, 4000 Liège
Entrée libre

En quelques mots…

Né à Liège à Liège en 1931 et diplômé architecte de l’Académie des Beaux-Arts de Liège en 1956, Jacques Gillet remporte le Prix de Rome en 1963. La même année, il se rend aux États-Unis, où il découvre les travaux de Wright et de Sullivan. C’est également lors de ce voyage initiatique qu’il rencontre Bruce Goff avec qui il partagera « l’héritage organique » et avec lequel il entretiendra une correspondance durable. Si ses premières réalisations sont marquées par l’écriture fonctionnaliste, il change radicalement de posture dès 1967 avec la réalisation de la maison-sculpture lovée sur les hauteurs d’Angleur. Réalisée en collaboration avec l’ingénieur-architecte René Greisch et le sculpteur Félix Roulin, la maison-sculpture est une réponse radicale à la standardisation prônée par le Mouvement Moderne. « Il n’y a rien à comprendre, mais tout à sentir, subjectivement. » Ces mots résonnent dans la production de Gillet et notamment dans d’autres projets élaborés en collaboration avec Félix Roulin mais non réalisés comme la maison Lambotte, projet abandonné puis repris par Charles Dumont. Théoricien et pédagogue, Gillet est professeur à l’Institut supérieur d’architecture de la Ville de Liège dès 1964. Si l’historiographie de la production de Jacques Gillet est largement dominée par l’aventure héroïque de la maison-sculpture, elle reste largement lacunaire sur d’autres pans fondamentaux. Si l’analyse de la production architecturale, en ce compris la maison-sculpture occupe une place importante dans le projet éditorial, des axes comme l’enseignement, le rapport au patrimoine ou la création picturale sont autant de champs qu’Archidoc aimerait mettre en lumière. Archidoc 06 est aussi l’occasion d’une tentative de circonscription de ce qui est appelé « l’école organique liégeoise », en interrogeant ses principaux protagonistes, parmi lesquels Bernard Herbecq et Éric Furnémont.

Expo

La sixième édition d’Archidoc est placée sous le commissariat d’André Rouelle et Xavier Van Rooyen. L’exposition présentera une sélection des archives que Jacques Gillet a confiées au GAR-Archives d’architecture en 2019. Une partie importante sera consacrée au projet de la maison-sculpture et montrera des dessins préparatoires ainsi que de nombreuses photographies d’époque. La maquette réalisée par Félix Roulin viendra compléter l’approche sur ce projet particulier. L’intention de l’exposition est aussi de resituer le projet dans la production générale de l’architecte. Comme pour chaque édition d’Archidoc, le regard sensible de Nicolas Wolkenar accompagne la réflexion scénographique.

Livre

Le projet éditorial repose d’abord sur un commissariat réunissant les architectes et théoriciens de l’architecture André Rouelle et Xavier Van Rooyen. Directeurs de publication, ils ont souhaité faire appel à plusieurs auteurs offrant ainsi une analyse transversale du travail de Jacques Gillet. Outre l’approche biographique rédigée par André Rouelle et l’analyse critique et contextuelle de Xavier Van Rooyen, l’ouvrage rassemblera les contributions de Stéphanie Vandevoorde (KUL) sur la maison-sculpture d’Angleur et sa place dans l’histoire du béton en Belgique et le texte de Vincent Servais sur la réhabilitation de celle-ci. Une interview de Bernard Herbecq et d’Éric Furnémont situe l’héritage de Jacques Gillet encore très vivace aujourd’hui. Le livre et la charte graphique de l’ensemble du projet seront réalisés par l’agence NNstudio, spécialisée dans la conception de livres d’architecture.

Film

Partenaires